Entretien républicain
Citoyen M’Bala Dieudonné

par Philippe Krebs,    

 

DANS LA MEME RUBRIQUE :

La résistance par le rire
Maurice Lamy
Lefred-Thouron
Bernard Lubat & la Cie Lubat de Gasconha
Jérôme Savary : le Grand Magic Circus, mai 68 et le rire de résistance
Entretien avec Jonaz
Mesrine le magicien
Choron dernière
Entretien avec Benoit Delépine : Groland & Louise Michel
Siné Hebdo
Maurice Siné, attention chat bizarre !
Christian Laborde : L’interdiction de L’Os de Dyonisos
Quentin Faucompré
Grisélidis Real
Une voix douce
J’ai avalé un rat
Mike Horn. Profession : aventurier de l’extrême.
Riad Sattouf : "Les nouveaux contes de la raison ordinaire"
Lyzane Potvin, artiste résolument féminine
L’incendiaire
Sébastien Fantini
Tatouages
François Corbier : « J’ai peur qu’on vive dans un pays où tendre la main à quelqu’un, c’est devenir un délinquant. »
Elias Petropoulos sur Radio-Libertaire
Entretien avec Dieudonné
Jacques Vallet
Maître Emmanuel Pierrat
Jean Rustin, le dernier des mohicans
Christian Zeimert, peintre calembourgeois
Alejandro Jodorowsky
Blair : Miction de moutarde sur tubercule dévoyé
Miossec, le retour du marin
Assassin : rap et révolution
André Minvielle
Siloé, photographe du merveilleux quotidien
Guillaume Pinard : voyage en Conconie !
Christophe Hubert, toporophile dans l’âme
Matéo Maximoff, la naissance de l’écrivain tsigane
Romain Slocombe
Fernando Arrabal
ZOO, les derniers animaux contraints à quitter le navire
Jean-Marc Mormeck
Tristan-Edern Vaquette : "Je gagne toujours à la fin"
Jean-Louis Costes, la naissance d’un écrivain
Grand Corps Malade
Moyens d’Accès au Monde (Manuel de survie pour les temps désertiques)
Stéphane Bourgoin, profession : chasseur de serial killers
Les Invasions barbares de Rodolphe Raguccia
Laetitia, Reine-mère du porno X amateur
Noël Godin, maître ès tartes à la crème & subversion


 

Cet entretien a été enregistré juste après le premier épisode de Dieudonné, lors de l’émission de Marc-Olivier Fogiel.

- Nous pensons qu’il s’agit vraiment d’un moment historique, qu’il y a un avant et après Dieudonné, dans le sens où tu remues des questionnements fondamentaux. Par exemple, pourquoi peut-on, dans notre société, se moquer et rire du Pape, sortir sur lui les blagues que l’on veut, alors que l’on a pas le droit de rire du Rabbin.

-  Oui, ce sont de vraies questions...

Entretien avec Dieudonné - 38.8 ko
Entretien avec Dieudonné
Vendredi 27 février 2004
Propos recueillis par Philippe Krebs
Photographies : Romain Venturini

- L’humour est sans doute l’un des derniers remparts contre l’intolérance et toi tu interviens avec cette arme là !

-  Oui, d’autant que je pense vraiment être dans mon rôle, le rôle de ce bouffon à la cour, dans la plus pure tradition française, de se mettre la couronne sur la tête et d’aller appuyer là où ça fait mal. Et qu’on m’interdise de travailler, je trouve ça vraiment dur. C’est une sanction dure, en plus dans une société qui prétend défendre la liberté d’entreprendre. C’est le travail de cinq, six, sept, dix personnes en l’occurrence sur l’Olympia, pendant quatre mois, et nous sanctionner de cette façon-là, ce sont des répercussions économiques graves. Je ne comprends pas l’attitude de ce gouvernement, qui plie sous la pression de lobbies extrémistes religieux structurés, organisés, qui en plus de cela ont une représentation publique. Je ne parle pas d’un grand complot, il n’y a aucun complot contre moi. Quand la fédération sioniste de France, qui prétend, dixit Alex Moïse, le secrétaire général de cette fédération, deux cent mille personnes en France organisées en réseau, je l’ai constaté. Je vois effectivement qu’il ont un appel au boycott, via la LICRA d’un côté, via l’UEJF de l’autre ; ça n’est pas normal, dans une République, que ces réseaux-là existent et pourrissent la vie des citoyens laïques. Je n’ai pas de religion, qui va me protéger. Je n’ai pas de race... Noir, ce n’est pas une race... Je n’ai pas d’ethnie, je suis métis... Alors oui, je suis noir dans le regard de l’autre, mais ce n’est pas une communauté, le lobby noir n’existe pas. Or, quand dix-sept ministres de la République se retrouvent au CRIF, qui est une organisation communautaire mafieuse pour moi... Le représentant du CRIF de Lyon n’a même pas condamné les actes de violence dont nous avons été victimes, mon public et moi. C’est insupportable et cette République nous ment, il n’y a pas eu séparation de l’Eglise et de l’Etat. En tout cas, il y a une Eglise qui reste extrêmement puissante et qui fait sa loi. C’est elle qui organise la censure dans ce pays et ça ce n’est pas possible. Alors, comment se fait-il que le film de Mel Gibson, bon je ne le connais pas, je ne suis pas un intégriste chrétien moi (rire), mais je ne comprends pas que ce film doive être visionné par le Rabbin Sitruk pour pouvoir être diffusé en France. Pour moi, le Rabbin Sitruk et Achille Zavata, même combat, c’est un clown pour moi. Et on est dans une République où ces gens-là n’ont pas à intervenir. Alors j’espère et je sais qu’il existe beaucoup de gens d’origine juive qui pensent la même chose que moi et qui se battent dans le même sens, mais les extrémistes juifs vous pointent du doigt comme étant antisémite et se cachent derrière les juifs athées, qui sont donc citoyens français et européens, qui sont aujourd’hui en otage. Je sais qu’on vit une situation de crise très grave, mais je pense qu’il faut vraiment écarter du débat tout ces intégristes religieux, enfin écarter... au moins leur laisser un espace sur la scène, mais qu’ils ne la mobilisent pas cette scène. Quatre-vingt pour cent des présentateurs aujourd’hui à la télé qui me boycottent sont des gens qui appartiennent à ces réseaux, et ça c’est pas normal. Ce n’est pas logique. On nous apprend, Liberté, Egalité, Fraternité, et justement on ne se replie pas en communauté, parce qu’on croit à ce projet, à cette utopie républicaine, et à côté de ça, on a des gens qui continuent à avoir le beurre et l’argent du beurre, c’est-à-dire à vivre en tribus à l’intérieur de la République. Cela n’est pas normal, ou alors tout le monde doit vivre en tribu à l’intérieur de la République, et alors moi je vais boycotter les produits venant d’Israël ou d’autres pays qui ne sont pas de ma tribu, et alors là on ne va pas s’en sortir. Et le fait que dix-sept ministres de la République se donnent rendez-vous au CRIF, je pense que c’est un signal désastreux envoyé aux Français. C’est-à-dire que pour exister, pour être des interlocuteurs, rassemblez-vous, créez des meutes et des tribus, et ça je trouve que c’est terrible.

- Ne penses-tu pas te retrouver dans une position où tu es obligé de faire un choix. Tu as acquis une notoriété populaire comme les gens de la Star Academy... Alors que faut-il faire de cette notoriété ? N’y a-t-il pas un parasitage entre le personnage comique et l’homme politique, dans le sens où beaucoup de personnes sont derrière toi et te soutiennent ?

-  C’est ce que je me dis. Les élections européennes me paraissent être une bonne échéance pour moi. Pas trop de pression ici, avec la politique interne particulièrement polluée et la vraie possibilité au niveau européen d’essayer de faire changer les choses. Parce que je crois que c’est l’Europe... la France ne pourra pas se défaire de tout un tas de culpabilité par rapport à la seconde guerre mondiale et que ces extrémistes juifs tiennent une partie des français par les couilles avec ce sentiment de culpabilité qui est sûrement justifié. Car c’est clair que tout ce qu’ont fait les Papon et autres Barbie, c’est insupportable et intolérable.

- De toute façon essayer de te faire passer toi pour antisémite, c’est déjà oublier que tu as été candidat à Dreux contre Marie-France Stirbois, candidate FN, aux législatives de 1997. C’est aussi oublier ton parcours et tes engagements.

-  Me faire passer moi, Dieudonné M’Bala pour antisémite, là on est au bout du bout. Moi, je dis, je suis un descendant d’esclaves, mes ancêtres étaient vendus sur les marchés. Il y avait des juifs qui vendaient des esclaves sur les marchés, il y avait aussi des chrétiens, des musulmans. Il y avait des noirs qui vendaient des noirs. Ce que je veux dire, c’est que je n’ai pas de leçons de morale à recevoir de la communauté juive, ça il faut bien le comprendre, et c’est pas en me balançant les histoires de la Shoah qu’on va me faire baisser le regard. Je pense que maintenant il faut arrêter... Depuis la troisième, on me balance le film... Ok, j’ai bien compris, c’est un drame insupportable, maintenant laissez-moi avoir accès à mon histoire. Moi, je suis descendant d’esclaves, j’ai aussi le droit de savoir ce qui s’est passé en ce qui me concerne.

- Ce qui est identique pour la communauté asiatique. Il y a un problème de représentation en France pour la communauté noire, mais c’est la même chose pour les asiatiques... Je voudrais également revenir sur Fogiel. J’ai remarqué un truc, c’est qu’à l’émission de Fogiel, on remarque que tu as une page écrite recto-verso. Or, le sketch paraît plus court, ne dure pas aussi longtemps, as-tu zappé volontairement certaines choses que tu avais écrites ?

-  Ce qui s’est passé, c’est pour ça que mon interprétation a été mauvaise, parce que justement dans cette page recto-verso, je n’avais pas calculé qu’il y aurait un projecteur face à moi qui éclaire en fait la page, ce qui fait que j’ai énormément de mal à lire, il fallait que je me souvienne d’un sketch écrit deux heures avant, et j’étais pas préparé. Plus l’histoire d’une cagoule qui était là, donc c’était vraiment un exercice extrêmement compliqué. Le sketch je l’assume sur le fond. Djamel, moudjahidin du rire, il y a quelques saillies comme ça qui font que ce sketch tient la route. Le « Isra-heil » à la fin, avec ce salut fasciste, plus impérialiste dans mon esprit que fasciste, c’est-à-dire que Hitler a récupéré ce salut de Rome, et je trouve qu’aujourd’hui les dernières colonies, le dernier élan impérialiste, il est israélien. Ils vont coloniser des terres, au nom d’une Bible et de textes de deux mille ans. Là on est dans la pure fantaisie et la pure folie, et je pense qu’on a le droit quand on joue un personnage comme celui-là de ponctuer son texte avec un salut impérialiste et fasciste.

- En précisant bien qu’il s’agit d’un personnage...

-  Cela n’a rien à voir avec moi, cela n’a rien à voir avec un Juif de France, c’est un homme qui habite là-bas, maintenant si l’extrême droite juive s’est reconnue dans ce personnage-là, je suis très content, parce que vu l’acharnement... je ne sais pas si vous avez vu, je vis un véritable lynchage où se sont révélés ces extrémistes juifs, et leur pouvoir et leur réseau s’est révélé aujourd’hui. Ce n’est pas un complot, ces gens-là sont parfaitement identifiés. Quand Bernard-Henri-Lévy appelle au boycott de mon spectacle, quand Bénichou appelle au boycott de mon spectacle, quand la LICRA m’attaque, quand le CRIF se montre plus que dédaigneux à mon endroit en disant que si on tape sur le public et si on jette de l’acide...

- ...De même que les petits moussaillons de l’UEJF...

-  Ces gens-là, ces réseaux-là sont à démanteler, ou au moins qu’ils s’expriment face à la République, face aux valeurs républicaines. Nous sommes dans un état de droit. Leur religion, on s’en fout de ça. Quand Houellebecq dit, l’Islam est la religion la plus con, il a le droit de le dire, et je suis d’accord avec lui, si ce n’est qu’il devrait regarder la Torah, parce que c’est le ponpon, car pour moi le judaïsme est une escroquerie phénoménale, une trahison de la parole d’Abraham.

- Pour finir, revenons sur l’histoire de Fogiel et les SMS...

-  Depuis vendredi, j’ai eu accès au dossier. Nous nous sommes portés partie civile et je porte plainte, donc nous avons accès au dossier. Vendredi, j’ai eu la liste des déclarations, des dépositions faites par l’équipe de Marc-Olivier Fogiel devant les officiers de police judiciaire. Donc, Alexandre Gamelin reconnaît devant un officier de police judiciaire, qu’il a écrit ces SMS, sur la demande de son rédacteur en chef, Monsieur Bon. A la question de l’officier de police judiciaire, est-ce vous qui avez écrit ce SMS sur « l’odeur des noirs », Alexandre Gamelin dit, oui, c’est moi qui l’ai écrit, nous voulions montrer à Dieudonné que dans l’émission précédente, son humour avait dépassé les bornes, et nous voulions lui donner une réponse du berger à la bergère. Ils ont écrit ces SMS. Non seulement c’est une escroquerie au SMS, ils se servent de l’argent public pour diffuser leur haine raciale, eux c’est pas un sketch, ça se passe de façon extrêmement lâche.

- C’est de la manipulation...

-  De la manipulation et de l’escroquerie, parce que quand vous vous connectez et que vous laissez un SMS dans l’émission de Marc-Olivier Fogiel, vous payez. C’est environ cent mille euros par émission, par prime time, qu’ils gagnent. Or, vos SMS n’ont aucune chance de passer, puisque c’est eux qui les fabriquent pour flatter éventuellement un invité, pour répondre à une ou deux questions, pour aider Marc-Olivier Fogiel dans son vide et dans le creux qu’il représente. Evidemment c’est un homme qui aujourd’hui manipule l’information, nous avons les preuves, et c’est à la presse de faire son travail, aller poser la question à Alexandre Gamelin. Cette affaire va exploser, parce que demain, j’ai rendez-vous avec le JDD, et comme j’ai eu accès au dossier, je vais parler. Et je pense que là on attend des excuses de France Télévision, de France 3, de Dominique Baudis, et évidemment du gouvernement. On a insulté la communauté noire, nous avons les preuves que cela a été fabriqué par FAF Productions, il faut maintenant que Raffarin s’en excuse. Il a été choqué par mon sketch, d’accord, je l’ai admis, je me suis excusé. S’il y avait des gens qui avaient vécu la Shoah et étaient heurtés parce qu’il n’avait pas l’humour, je me suis excusé. Par contre les autres, je ne regrette absolument pas mon sketch et je continuerai à le défendre parce qu’au fond, on a le droit de critiquer la politique de Sharon. Maintenant, comment va réagir le gouvernement par rapport à ce SMS injurieux à l’encontre des noirs. Je suis très, très, très curieux de ce qu’il va se passer. Je crois qu’ils n’en ont rien à foutre. On peut se foutre de la gueule des négros. Si on s’en prend à un noir, on ne s’en prend pas à la France, c’est ça que j’ai envie d’entendre de ce gouvernement.

A lire aussi "Dieudonné, je ne suis pas blanc je suis noir de peau" par Frédéric Vignale-Weber




France 3 - Fogiel

RealPlayer est requis pour lire cet enregistrement
Windows / Macintosh / Linux-Unix


Documents liés
  RADIO - EUROPE 1 (ENRG. 1) : Le 06 janvier 2004
MP3 - 863 ko
  RADIO - EUROPE 1 (ENRG. 2) : Le 06 janvier 2004
MP3 - 3.9 Mo
  RADIO - EUROPE 1 (ENRG. 3) : Le 06 janvier 2004
MP3 - 1.4 Mo
  RADIO - EUROPE 1 (ENRG. 4) : Le 06 janvier 2004
MP3 - 2.4 Mo
  RADIO - EUROPE 1 - (ENRG. 5) : Le 22 janvier 2004
MP3 - 283.3 ko
  RADIO - FUNRADIO - ARTHUR : Le 19 janvier 2004
MP3 - 5.2 Mo
  RADIO - RMC : Le 20 janvier 2004
MP3 - 890.5 ko
  SON SPECTACLE - OLYMPIA (PHOTO 1) : Le 22 janvier 2004
JPEG - 17 ko, 512 x 384 pixels
  SON SPECTACLE - OLYMPIA (PHOTO 2) : Le 22 janvier 2004
JPEG - 15.9 ko, 512 x 384 pixels
  SON SPECTACLE - OLYMPIA (PHOTO 3) : Le 22 janvier 2004
JPEG - 19.8 ko, 512 x 384 pixels
  SON SPECTACLE - OLYMPIA (PHOTO 5) : Le 22 janvier 2004
JPEG - 18.2 ko, 512 x 384 pixels
  SON SPECTACLE - OLYMPIA - (PHOTO 4) : Le 22 janvier 2004
JPEG - 16.8 ko, 512 x 384 pixels
 

 


Philippe Krebs

Né à Metz, Philippe a grandi avec son père (fondateur du centre Emmaüs de Forbach) dans une ambiance de soupe populaire. Il a en a gardé le sens des relations humaines et un profond respect de la différence. Éditeur de livres et revues d’art pendant dix ans , co-organisateur d’un festival nomade de performances poétiques (Teranova). Un temps spécialiste du groupe Panique (Topor, Arrabal et Jodorowsky). Acrobate professionnel pendant dix autres décennies, il décide en 2014, de remettre le bleu de chauffe pour aller peindre sur les routes, dans des sites abandonnés, mais aussi dans son atelier lyonnais, ainsi qu’un peu partout dans le monde (Europe, Afrique, Asie).

 




 

 

En Résumé Plan du Site Le Collectif La Rédaction Contact Catalogue Lettre d’Information
Textes & illustrations sous COPYRIGHT de leurs auteurs.